Stade Centenario

Stade Centenario
Estadio Centenario
Estadio Centenario (vista aérea).jpg
Généralités
Nom complet
Estadio Centenario
Adresse
Avenida Dr. Américo Ricaldoni y Federico Videla, Parque Batlle
Montevideo, Uruguay
Construction et ouverture
Début de construction
Fin de construction
Ouverture
Architecte
Juan Antonio Scasso
Coût de construction
1 million $USD
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Département de Montevideo
Administration
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
60 235[1]
Affluence record
79 867
(27 juillet 1930, Uruguay-Yougoslavie)
Dimensions
105 m × 68 m
Localisation
Coordonnées
34° 53′ 40″ S, 56° 09′ 10″ O
Géolocalisation sur la carte : Uruguay
(Voir situation sur carte : Uruguay)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Montevideo
(Voir situation sur carte : Montevideo)
Point carte.svg

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Le stade Centenario est un stade situé dans le quartier de Parque Batlle à Montevideo, en Uruguay. Il est principalement utilisé pour le football et célèbre également le centenaire de l'indépendance de l'Uruguay.

Histoire

Le stade en 1930.

Construit en vue de la première édition de la coupe du monde de football, et terminé juste à temps, le stade Centenario est l'œuvre de l'architecte Juan Antonio Scasso.

L'architecte a choisi de placer l'aire de jeu sous le niveau du sol naturel, les tribunes de béton sont donc semi-enterrées, ce qui atténue la monumentalité du bâtiment et favorise son intégration dans le site. À l'origine la capacité prévue était de 100 000 places, mais cet objectif a été revu à la baisse afin que le projet soit terminé à temps. Les premiers matchs de la compétition se sont déroulés dans les stades des deux principaux clubs de Montevideo, le Nacional, et Peñarol, laissant quelques jours de délai supplémentaires aux équipes de construction se relayant sur le site.

Le stade Centenario a finalement été inauguré le lors du premier match disputé par l'équipe d'Uruguay dans le tournoi, face au Pérou, à l'occasion du centenaire la Constitution uruguayenne[2].

Plusieurs rencontres du premier tour ainsi que les deux demi-finales s'y sont déroulées. Le , il accueille la finale de la première coupe du monde au cours de laquelle l'Uruguay s'impose 4 à 2 face à l'Argentine sous les yeux de 60 000 spectateurs.

Par la suite, l'équipe d'Uruguay a joué ses matchs à domicile au stade Centenario, qui est également disponible pour les clubs professionnels. Le Centenario a donc accueilli la Copa América à de nombreuses reprises.

Vue des estrades.

Le stade comprend un musée consacré au football et à la première Coupe du monde. On y retrouve notamment la coupe Jules-Rimet, premier trophée du Mondial[3].

Le stade Centenario est également une étape pour les artistes en tournée en Amérique du Sud. Eric Clapton puis Sting s'y sont produits en , ainsi que Brian May en .

Événements

Galerie

  • Stade Centenario 1.jpg
  • Stade Centenario 2.jpg
  • Stade Centenario 6.jpg
  • Stade Centenario 7.jpg
  • Estadiocentenario.JPG
  • Estadio centenario 4.JPG


Notes et références

  1. (es) « Estadio Centenario - CAFO », sur com.uy (consulté le ).
  2. « Estadio Centenario, les 90 ans d'un monument », sur Fifa.com, .
  3. Éric Collier, « Foot toujours ! Cinq destinations pour les fans de ballon rond », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Stade Centenario, sur Wikimedia Commons

Articles connexes

Liens externes

  • (fr) Article sur fifaworldcup.com
v · m
Général
Infrastructures
Matchs et rivalités
v · m
Généralités Désignation du pays organisateur • Effectifs des équipes • Finale
Participants Argentine • Belgique • Bolivie • Brésil • Chili • États-Unis • France • Mexique • Paraguay • Pérou • Roumanie • Uruguay • Yougoslavie
Stades Stade Centenario (F) • Estadio Pocitos • Estadio Gran Parque Central
(F) Stade d'accueil de la finale
  • icône décorative Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • icône décorative Portail du football
  • icône décorative Portail de Montevideo